« Nous ne sommes pas prêts…? »

« Nous ne sommes pas prêts… » On entend souvent cette expression ces derniers temps en Tunisie. Je souhaite juste préciser que cette expression était l’expression préférée du colonisateur à l’époque du Protectorat: « Vous n’êtes pas prêts à … » … à avoir une Constitution, la démocratie, la liberté … et surtout l’égalité, car vous êtes des bougnoules et par conséquent, nous, êtres civilisés, devons vous protéger à travers une structure appelé « Protectorat ». 

Puis, nos gouvernants ont repris cette même expression alibi après l’Indépendance. Pourtant, ils avaient mis toute leur énergie à se battre contre cette idée à l’époque de la colonisation.  Selon nos gouvernants, nous n’étions pas prêts car nous devions d’abord nous développer économiquement. Puis, après le développement économique, c’est la lutte contre le terrorisme qui est devenue à la mode. Nous n’étions pas prêts pour la liberté et la démocratie tant que notre sécurité ne serait pas assurée. La psychologie collective des nations est finalement bien similaire par certains aspects à la psychologie collective au sein de groupes restreints (notamment les familles). Nos gouvernants étaient comme le fils qui se révolte contre un père (parfois adoptif, parfois naturel) castrateur et violent mais qui va reproduire les mêmes comportements avec son propre fils, parfois même en pire… … et de pères en fils, nous avons abouti à quelque chose d’encore plus vicieux. 

On ne nous disait plus que nous n’étions pas prêts à x ou y. Non, on nous disait qu’on vivait dans le meilleur des mondes qui soit, un monde démocratique, où la liberté règne en maître, et surtout gare à celui qui penserait ou dirait le contraire. Celui-là, après un petit passage par les caves du ministère de l’Intérieur ou autre lieu glauque, sera convaincu qu’il est un citoyen libre vivant dans une belle démocratie. 

Aujourd’hui, après la chute de la dictature, on revient à cette expression que nous avions un peu oubliée: « Nous ne sommes pas prêts »… 

Alors, si nous ne sommes pas prêts à gérer nos vies et nos ressources, à quoi sommes nous prêts? A être des esclaves? Le chemin est peut-être encore long. Nous sommes peut-être encore bien loin des idéaux que nous imaginons pour nous-mêmes. Mais, nous sommes plus que prêts à être des êtres libres car la liberté est un droit naturel.

Advertisements

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s