Interview – Al Huffington Post Maghreb (6 décembre 2013)

Farah Hached: La publication du Livre noir par la présidence de la République « décrédibilise la justice transitionnelle »

Par Sarah Ben Hamadi, Al Huffington Post Maghreb (6 décembre 2013)

La publication du “Livre noir, le système de propagande Ben Ali”, par la présidence de la République tunisienne a suscité une vague de réactions hostiles, et pas seulementdes journalistes et personnes qui y ont été citées comme “amis” et “collaborateurs” de l’ancien régime. Farah Hached, présidente du Labo’ démocratique, une association militant depuis sa création au lendemain de la révolution, pour l’ouverture des archives de la dictature, s’est indignée de la parution de cet ouvrage, sans qu’il y ait une loi sur la justice transitionnelle.

Petite-fille du leader syndical Farhat Hached, elle a décidé de boycotter les commémorations officielles de l’anniversaire de l’assassinat de son grand-père, jeudi 5 décembre, ne souhaitant pas recevoir à cette occasion “un président de la République qui, au lieu de créer une commission neutre et indépendante pour traiter les archives de Carthage, a choisi de les instrumentaliser à son avantage et celui de son parti politique en allant contre les lois de la République qu’il est censé représenter” explique-t-elle. Interview.

L’interview complète

Advertisements